Temoignages de bénévoles

Stéphanie Votiez, interviewée par le magazine « Présence » :

Présence : Pourquoi vous êtes-vous engagée dans le bénévolat à l’Apsas ?
Stéphanie : Avant la retraite, je travaillais dans un centre social en tant que responsable d’un service d’aide à la personne. Je connaissais donc bien les problématiques et les besoins des seniors et des retraités. Quand je suis moi-même devenue retraitée, j’ai souhaité m’investir afin d’apporter une forme d’aide à ces personnes. En 2008, l’Apsas n’existait pas encore, je me suis donc rapprochée de la MSA1 avec laquelle j’avais l’habitude de travailler auparavant et dont je connaissais les programmes de prévention. Puis est arrivée l’APSAS et c’est tout naturellement que je suis devenue animatrice des ateliers PAC EUREKA.

P : En quoi consiste votre engagement ?
S :
J’ai d’abord été formée pendant une semaine à l’animation et au contenu de l’atelier. Cette formation est nécessaire car, pour s’occuper d’un groupe, il faut connaître quelques techniques. Il est également essentiel de comprendre et s’approprier les objectifs et les exercices de l’atelier. En 2009, j’ai animé ma première séance PAC EUREKA. Cet atelier consacré à la mémoire accueille une dizaine de personnes pendant 15 séances d’environ une heure et demie. Il faut donc se montrer créatif et savoir adapter les contenus à l’évolution du groupe. Je consacre environ deux à trois heures à la préparation de chaque séance.

P : Comment se déroule un atelier ?
S : Nous commençons chaque rendez-vous par une petite revue de presse. Les participants amènent un article de journal de leur choix et le groupe les commente. Ceci permet de lancer les échanges et offre ainsi la possibilité à chacun de s’exprimer et de se maintenir au courant de l’actualité. Travailler sur sa mémoire commence par le maintien d’un lien actif avec le monde qui nous entoure. Il faut entretenir ses neurones sinon le vieillissement est plus rapide. La suite des séances est consacrée à des exercices sur la concentration, la mémoire, l’attention, le langage… en se donnant des repères et des techniques de mémorisation. Le travail en groupe et l’ambiance ludique favorisent la confiance en soi et rassurent sur ses capacités personnelles. Il n’y a aucun jugement ni aucune compétition entre les participants mais au contraire beaucoup d’échanges et d’entraide. Des liens se créent et la convivialité s’installe au fur et à mesure.

P : Que vous apporte personnellement cet investissement ?
S : Une très grande satisfaction personnelle ! Je suis tellement contente de constater l’évolution de chacun des participants au fil des séances. Certains, très timides au départ, prennent ensuite la parole sans appréhension. J’ai le sentiment de rendre ces personnes un peu plus heureuses. Je suis parfois déçue de constater que peu de seniors répondent positivement au courrier d’invitation de l’APSAS aux réunions d’information sur les ateliers car je sais que certains retraités sont vraiment très isolés et qu’ils pourraient leur apporter un peu de soutien dans leur vie quotidienne. En animant ces séances, je sais que je ne perds pas mon temps et je suis contente lorsque j’apprends que certains participants ont souhaité intégrer ensuite un autre atelier.